Enemy Words

Forum de poésie, poésie littérature underground

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Nouvelles
par Totor 24/11/2015, 16:04

» le jeu consiste à ajouter un mot à la suite du dernier...
par Totor 18/11/2015, 11:00

» Rose du temps et de l'espace
par Totor 5/8/2015, 18:20

» Fiction de famille
par Totor 29/6/2015, 10:57

» Nihil und Ereignis par D.A.I - 2009
par Totor 15/5/2015, 12:04

» j'aime bien
par invigene 14/5/2015, 10:46

» production écrite
par invigene 14/5/2015, 10:33

» Le message que nous sommes
par invigene 14/5/2015, 10:29

» FORUM POESIE/Topic de présentation et de bienvenue
par invigene 11/5/2015, 23:05

» Sur la virginité... Copier-coller
par invigene 11/5/2015, 15:19

» Fragiles
par Totor 10/5/2015, 11:32

» facebook vous a tué ?
par Bissecta 10/5/2015, 03:40

» TRY AGAIN (le vivant non commercial)
par Bissecta 10/5/2015, 03:38

» Rendez service à ce forum
par Totor 9/5/2015, 17:52

» gigot texte
par Invité 20/4/2015, 07:10

» un nouveau forum ? ha bin oui, un nouveau forum
par Invité 2/4/2015, 12:50

» Barres-toi bandit
par invigene 31/3/2015, 12:24

» la plaisanterie
par invigene 31/3/2015, 00:52


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Bord de mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Bord de mer le 30/3/2013, 11:51

Je voulais expliquer aux gens qu'il n'y a pas de bord de mer.
Ils se noyaient. Je voulais les aider
en leur expliquant bien qu'il n'y a pas de bord de mer.
Ça les aurait aidé. Pas moi. Je poussais un peu plus mon tournevis
dans l'œil du coquillage qui ressemblait à une oreille
pour entendre la mer s'éloigner, pour qu'il comprenne
qu'il n'y a pas de bord de mer pour les gens se noyer
en général. C'est la torture qui permet de comprendre
que le coquillage est un menteur où se noieront les gens
que je voudrais aider (en les noyant) à l'aide de mon tournevis
cruciforme. Qui criera à l'aide ! À l'aide ! Parce qu'il n'y a
jamais eu de bord de mer pour ramasser ces coquillages menteurs
qui imitent la mer comme on rappelle à soi les morts
qu'on a voulu aider. C'était hier, pensez. Et je serrais très fort
mon tournevis entre mes doigts percés comme des lèvres cruciformes
qui répètent sans cesse qu'il n'y a pas de bord de mer pour dire
qu'on voulait bien aider ce qu'on a torturé. Avec patience.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum