Enemy Words

Forum de poésie, poésie littérature underground

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Nouvelles
par Totor 24/11/2015, 16:04

» le jeu consiste à ajouter un mot à la suite du dernier...
par Totor 18/11/2015, 11:00

» Rose du temps et de l'espace
par Totor 5/8/2015, 18:20

» Fiction de famille
par Totor 29/6/2015, 10:57

» Nihil und Ereignis par D.A.I - 2009
par Totor 15/5/2015, 12:04

» j'aime bien
par invigene 14/5/2015, 10:46

» production écrite
par invigene 14/5/2015, 10:33

» Le message que nous sommes
par invigene 14/5/2015, 10:29

» FORUM POESIE/Topic de présentation et de bienvenue
par invigene 11/5/2015, 23:05

» Sur la virginité... Copier-coller
par invigene 11/5/2015, 15:19

» Fragiles
par Totor 10/5/2015, 11:32

» facebook vous a tué ?
par Bissecta 10/5/2015, 03:40

» TRY AGAIN (le vivant non commercial)
par Bissecta 10/5/2015, 03:38

» Rendez service à ce forum
par Totor 9/5/2015, 17:52

» gigot texte
par Invité 20/4/2015, 07:10

» un nouveau forum ? ha bin oui, un nouveau forum
par Invité 2/4/2015, 12:50

» Barres-toi bandit
par invigene 31/3/2015, 12:24

» la plaisanterie
par invigene 31/3/2015, 00:52


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un extrait de mon roman Sexe connexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Paul tire. L’importante détonation couvre la dernière syllabe prononcée par l’homme. La balle entre dans sa boite crânienne juste au-dessus de l’oreille, la traverse, ressort de l’autre côté en éclatant l’os temporal, laisse un trou sanglant et encombré d’environ six centimètres de diamètre, poursuit sa course, traverse la moquette et se perd dans le sol. Une importante quantité de sang noir et de matière constituée de fragments osseux, de cerveau et de peau est dispersée en cône autour du point de sortie sur une distance de presque cinquante centimètres. L’homme demeure un instant immobile puis tombe sur le côté. Tous ses muscles ont cessé de fonctionner. Sa vessie et ses sphincters se relâchent au même instant et libèrent une faible quantité de déchets. Une odeur mêlée de merde, de sang et de poudre se répand dans la pièce.
Paul ôte sa cagoule.
– Putain, ça commençait à me gratter, cette saloperie.
– Ouais, moi aussi.
Jean-Louis ôte la sienne et regarde le mort. Du sang coule lentement de la blessure de sortie, recouvre l’oreille et la joue et s’accumule sur le sol.
– Bon, allez, on n’a pas encore terminé, dit-il. Retourne ce con, j’installe la caméra.
Paul allonge le cadavre sur le dos en prenant soin de ne pas marcher à l’endroit où la tête reposait et où la moquette est devenue spongieuse. Avec un coin de la couette il essuie en partie le sang sur le visage. Pendant ce temps Jean-Louis pose le sac Eastpack au sol et en sort une caméra numérique et un exemplaire de Libération daté du 19 novembre 2006. Il tend le journal à son complice.
– Tiens.
Paul place le journal sur la poitrine du mort. Il déplace les mains pour faire en sorte qu’elles agrippent l’objet comme si le cadavre lui-même tenait le journal, à la manière des otages qu’on voit dans les demandes de rançon. En le voyant faire Jean-Louis rigole bêtement. Ensuite Paul s’éloigne du cadavre et vient se placer derrière l’autre tueur.
Jean-Louis filme pendant une trentaine de secondes puis coupe la caméra.

http://www.amazon.fr/Sexe-Connexion-ebook/dp/B00AO4HY2Y/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1363092127&sr=1-1

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum