Enemy Words

Forum de poésie, poésie littérature underground

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Derniers sujets

» Nouvelles
par Totor 24/11/2015, 16:04

» le jeu consiste à ajouter un mot à la suite du dernier...
par Totor 18/11/2015, 11:00

» Rose du temps et de l'espace
par Totor 5/8/2015, 18:20

» Fiction de famille
par Totor 29/6/2015, 10:57

» Nihil und Ereignis par D.A.I - 2009
par Totor 15/5/2015, 12:04

» j'aime bien
par invigene 14/5/2015, 10:46

» production écrite
par invigene 14/5/2015, 10:33

» Le message que nous sommes
par invigene 14/5/2015, 10:29

» FORUM POESIE/Topic de présentation et de bienvenue
par invigene 11/5/2015, 23:05

» Sur la virginité... Copier-coller
par invigene 11/5/2015, 15:19

» Fragiles
par Totor 10/5/2015, 11:32

» facebook vous a tué ?
par Bissecta 10/5/2015, 03:40

» TRY AGAIN (le vivant non commercial)
par Bissecta 10/5/2015, 03:38

» Rendez service à ce forum
par Totor 9/5/2015, 17:52

» gigot texte
par Invité 20/4/2015, 07:10

» un nouveau forum ? ha bin oui, un nouveau forum
par Invité 2/4/2015, 12:50

» Barres-toi bandit
par invigene 31/3/2015, 12:24

» la plaisanterie
par invigene 31/3/2015, 00:52


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

renaichéance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 renaichéance le 10/6/2012, 22:15

Ce n'est pas de ma faute et j'avais bien trop bu.
Je revendique mon droit à la souffrance.
En effet, il ne se produit rien en dehors de cette délétère métamorphose.
Et déjà la clameur moraliste se fait tache sur le curriculum,
mais il en va ainsi des traces de vie comme des traces de merdes :
Elles ont une rémanence obscure et persistante sur le blanc souvenirs.
Sur un réchaud à alcools il en faudra du temps pour tout faire bouillir.
Alors j'invoque en hurlant dans l'appareil, mon premier amendement à la vie qui me quitte.
Et le droit de pleurer enfin.
En guise de préambule au paradigme exigeant de tout commencement d'éveil à la lucidité.
La faillite en forme de début de tout, à changé le modèle du recours au probable.
Et vous, traces de vie, si troubles en base arrière, gardiennes si plurielles la nuit en forme singulières mais issues d'un même groupe, figures tant aimées, soyez donc charitables autant qu'apétissantes.
Alors, bannissant d'un revers de main sale les âpres désistements de la pensée trop froide, brulez je vous en prie d'un feu à zéro bras l'immense livre ouvert du décompte divin des actions des huns des barbaries des autres, des trahisons, des perfidies, des emportements et des transports au coeur des luxuriantes verdeurs des prairies interdites qui rimes si bon avec la suite .
Mais je sais, Rien n'y fera !
Pas même la grâce mécanique d'un tremblement libératoire dans la serrure charnière de la porte pandore des guignols assoiffés du recouvrement de la dette intérieure.
Par les faveurs de ce manque d'amour qui nous détruit du dedans de l'enfance, comme le sable à la mer se creuse tout autour du dessous pour ne laisser qu'une vague dépression, en lieu et place d'un puits profond, creusé si vite par la grace aiguisée d'une bléssante parole....
embrasure incessante , indécente descente
prime à la casse et autres pluriannuelles déconstruction du travail si fragile de l'amour maternel.
Oh gorge tétanie, tendue et aux traits soulignés par de longues veines irrégulières et des tendons rectilignes au relief si soudain par la magie hurlante des douleurs décibelles savamment employées a crier la couleur des outrages.
Et la toute petite angoisse qui suit le hurlement...
Minuscule obsédante minute d'attention portée sur un grand vide.
je te salue, « gouffre noirceur » étincelant de ta profondeur si mate,
tellement sourde et sans écho, totalement enveloppante et sucrée comme une fine couche de miel aérosol, pulvérisée par les troupes aéroportées des soldats de cuisines, astucieux mélomanes ravisseurs de souvenirs en papilles...
On en mangerait, étouffé dans une plainte d'apoplexie tétanisante lorsque tout se vide, et se mouille dans un grand splash bruyant, où les pupilles se dilatent en un coup!
Tremble donc étrangleur à la morale absconse , l'hémisphérique sud est a présent dans la mousson du mouille toujours tu m'intéresses, plus vite et plus près que le veulent les anges aux culs écartelés par la divine excuse de ne pas y toucher sans trembler plus que de raison, en blindé de merde : en tant que de besoin!
Je purge une épineuse réminiscence de ma plus tendre adolescence qui passa sans un bruit, sans un râle, sans coup faire jouir...ou si peu !
Alors de tout fantasme libéré comme par un brulot d'envie, où se crachent les impérieuses furies des tréfonds du dedans qui tapissent, qui détapissent, et repeignent sans cesse, sans jamais trop trouver le ton juste du désir soulevé par leurs trop courtes tenues, leur maintien équivoque et l'irrévérence malicieuse des tremblements d'impatience timidement incontrôlés , au regard de la salace concupiscence presbyte du pervers qui m'habite !
Profite donc enfin de tes nuits blanches, pour appeler le loup qui hurle, et te renifle entre les hanches, pour dévorer tes évidentes et tropicales croustillances aux embrasures accueillantes.
Futile futal, fut il banal, et le plaisir fatal, a rendre la température abyssale, qu'il faudra bien laver un jour ?.

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: renaichéance le 11/6/2012, 05:22

Toi, tu es allez dormir dans les fumées pythiques!
Et ça te va plutôt bien.
LOVE!
Kiss-kiss!

Voir le profil de l'utilisateur http://bissecta.blogspot.com/

3 Re: renaichéance le 11/6/2012, 22:33

fumé comme un jambon !
what à pity !
merci,
bises que bises que rages !

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum